Archives pour la catégorie Download Nouvelles/VRAC

Prendre conscience du piège I :Filer vite


Nouvelle inédite (catégorie VRAC)
Genre : hard science
Nombre de mots : 1100

Quelque part dans l’espace, entre le centre du système solaire, et la planète g du système de l’étoile naine rouge Gliese 581.

« Esprit très embrouillé. Difficulté à penser. J’existe. J’en ai pris conscience »

[...]

« Aucune douleur ressentie. Tout est confus. Je suis humain, ça je m’en rappelle, même si je ne sens pas mes bras… »

[...]

« La mémoire me revient encore plus. Le flot des souvenirs sature presque mon cerveau à présent : nous sommes partis, plus d’un millier de Terrien, pour un voyage sans retour vers une planète habitable, potentiellement habitée même, et située dans un système stellaire à environ 20 années lumières de la Terre. C’est un bond de géant à notre échelle temporelle. Un gouffre infranchissable en dix générations, au vu des vitesses accessibles par notre technologie ! Et pourtant nous nous attelons à rejoindre ce point ci infiniment éloigné … »
[...]

Prendre conscience du piège I :Filer vite pdf prendreconsciencedupiegei.pdf

 

(.mp3)

Le piège à pollueurs


Nouvelle inédite (catégorie VRAC)
Genre : réalité virtuellel
Nombre de mots : 2100

Il y a des expériences fascinantes que l’on pensait impossible à vivre du temps de mon père. Impossible ne faisant pas parti du vocabulaire des grandes firmes pécunivore, celles-ci développèrent un système prompt à étancher la soif d’expériences nouvelles de qui voudrait bien payer. Je n’ai pas bien lu la notice, j’ai raté les petites lignes situées au bas du contrat, et j’en ai payé le prix. Vous rendez vous compte, moi un accros à la sur consommation, je me suis fait prendre à mon propre jeux et maintenant je suis piégé… Voici ce qui m’est arrivé.

On était tous la, agités, tournés vers l’ouest, à recevoir les derniers rayons de soleil de la journée, nous laissant bercer par la tiède bise estivale. Mes compagnons, mes frères et mes sœurs m’entouraient, aussi fatigués que moi, fixant comme moi ce disque sanguin à moitié effacé par l’horizon. Combien étaient ils ? Je l’ignore, des milliers sans doute, des centaines de millier peut être, je ne pouvais pas sentir la présence de chacun d’entre eux, trop nombreux pour pouvoir les dénombrer. Après quelques minutes d’attente insoutenable, l’astre du jour disparut enfin derrière les montagnes lointaines. La tension, palpable, retomba enfin. Cela signifiait pour nous la fin de notre harassante journée de travail. Et nous ressentîmes tous, en nos forts intérieurs, un sentiment de joie intense : finie cette journée ! Nous allions pouvoir nous reposer jusqu’à son prochain levé. Cela nous laissait quelques heures pour récupérer, faire le vide, communier en silence avec nos semblables. Alors que nous effectuions tous, chacun de notre coté, les mêmes gestes laborieux durant la journée, sans cesse et sans relâche, la nuit tombée, nous étions laissés, durant notre temps de récupération, à nos propres réflexions, isolés encore une fois les un des autres. On ne nous a pas autorisé la parole vous savez… Le monde est mal fait ! C’est bien dommage, j’avais tant de choses à leur dire moi, à mes camarades. Tant de questions à leur poser aussi.

Le piège à pollueurs pdf lepigepollueurs.pdf

(.mp3)

Passé au futur


Nouvelle inédite (catégorie VRAC)
Genre : Vaisseau spatial
Nombre de mots : 4500

[...]

Le capitaine en second du vaisseau hyper spatial le « delta-4 », alias Aline Josephson, grande brune coupée court mesurant 1m80, aux épaules carrées, la trentaine, droite, vérifia pour la cinquième foi la trajectoire calculée du vaisseau sur ses écrans de contrôle. Leur course était bonne. Ils passeraient à proximité du trou noir tout en évitant soigneusement d’approcher de trop prés l’étoile géante rouge satellite. De toute façons, si quelque chose clochait, elle ne pourrait plus, d’ici quelques dizaines heures, réajuster le cap manuellement sans risquer de commettre une faute. Seul l’ordinateur de bord serait capable d’une telle prouesse : il connaissait exactement le chemin à emprunter pour ne pas finir piégé par l’un ou l’autre des deux monstres stellaires. Car lui seul pourrait tout prendre en compte en temps réel : effets relativistes liés à la grande vitesse de déplacement du delta-4, effets relativistes liés aux grandes masses rencontrées dans cette région de l’espace (et du temps), répartition de la masse de l’étoile, prévision des éruptions de surfaces de l’astre lumineux dues à son instabilité, détection d’un éventuel pont de matière reliant les deux corps célestes (qui modifierait la valeur du champ de gravitation local et perturberait la trajectoire). Tous ces effets, et bien d’autres, s’ils n’étaient pas pris en compte auraient pour simple conséquence de conduire tout l’équipage, corps et âmes, à une mort certaine.

Passé au futur pdf passaufutur.pdf

La vérité cachée aux braves gens


Nouvelle inédite (catégorie VRAC)
Genre : Fantasy/…
Nombre de mots : 4500

A mi hauteur d’une montagne fort boisée se trouvait un vieux temple habité par un érudit. En contre bas de ce temple, semblant le dominer malgré le poids des années, un village à l’aspect tranquille. On le nommait « Quentem », mais pour tout les résidants d’ici c’était simplement « le village ».
Les chaumières éparpillées par dizaine, formant des rues serpentueuses – convergeant vers la place centrale – étaient de petite taille et construites dans des matériaux usuels et bon marché, tel le bois et la pierre volcanique. De base carrée, ces drôles d’habitations qui ne comportaient qu’une ou deux ouvertures vaguement rectangulaire s’arrondissaient en s’approchant de la toiture. Celle-ci était constituée de pierres plates et fines aux teintes sombres. On aurait dit des sortes de dés gonflés à mi-hauteur recouverts d’une peau de serpent écailleuse. L’intérieur était sans grand confort : un rez-de-chaussée avec une cuisine, simple, un garde mangé, une salle à manger, classique, et l’entrée. A l’étage, accessible par un escalier direct dont aucune marche n’avait la même hauteur, on trouvait les chambres (pas plus de deux, voire trois) et pour les plus aisés une bibliothèque accompagnée parfois d’une table de jeu d’adresse. Toutes les pièces communiquaient entre elles, à l’exception du garde mangé, séparée du reste de la maison par une porte en pin massif : à l’évidence pour éviter que les odeurs générées par les délicieux mets stockés ne se répandent dans toute la demeure. Au beau milieu de cette pièce, une trappe située sur le sol permettait d’accéder à la cave. Une fois ouverte cette plaque de bois, on descendait les quelques marches de l’escabeau pour venir chercher le vin stocké dans des amphores aux milles formes : avec une, deux, trois anses, en taille de guêpe, cylindrique,…
Eh oui ! Les Quentémiens ne s’attardaient peut être pas sur l’esthétique du logis mais ils soignaient tout ce qui pouvait avoir un lien avec les plaisirs de la table. L’atmosphère était toujours chaleureuse et conviviale dans n’importe laquelle des chaumières du village de Quentem. Tout comme dans les autres villages du pays de Dagotars et de ses environs d’ailleurs. Les gens du pays de Dagotars en général, et du village de Quentem en particulier, étaient des gens simples, passionnés par leurs métiers, pour la plupart manuels : ébénistes, boulangers, charcutiers, horlogers, laitiers, semeur, et autres métiers de l’artisanat. Ils vivaient en harmonie avec la nature, menés par l’alternance des saisons. On y rencontrait aussi un érudit par village, sauf à la capitale Tharlor, siège de l’université de la connaissance ultime, où les rares élus étaient choisis et formés. Ces érudits possédaient des talents de guérisseurs et étaient détenteurs de grands savoirs, pour certains magiques. Les relations étaient très détendues entre tous ces braves gens : ayant tous besoins les uns des autres dans ces petits villages, et étant de fiers passionnés de leurs métiers, une harmonie centenaire s’était installée naturellement entre tous. Quelques gardes, aux services du roi Umtiel IX, serpentaient quand même le pays, non pour s’assurer que les gens ne vaquaient pas à une autre occupation que la leur (ce qui aurait été impensable compte tenu de l’amour qu’avaient ces gens pour leur métier), mais pour les protéger de quelques féroces animaux de la forêt qui osaient s’aventurer parfois à proximité des villages. A part quelques rares attaques de Trolls et autres goules, les décès n’étaient plus causés que de façon naturelle.

[...]
La vérité cachée aux braves gens pdf lavritcacheauxbravesgens.pdf

L’éveil par la peur des veilles

Nouvelle inédite (catégorie VRAC)
Genre : …
Nombre de mots : 2000

Ce n’est pas un hasard si Hypnos, dieu du sommeil et gardien de la nuit, était autant craint et respecté que son frère jumeau, Thanatos le dieu de la mort. Il disposait, dit on, du pouvoir d’endormir tout être vivant, dieux y compris. Zeus, le dieu des dieux lui-même a eu à en faire les frais à une époque reculée, et en plusieurs occasions. En tout cas d’après les dires d’une page internet à vocation pseudo historique sur laquelle je m’étais baladé contre mon gré, guidé à l’époque par ma tortionnaire. Que dis-je, guidé ? Non, je veux plutôt dire forcé ! Plié à sa volonté, sans possibilité de contrer ses bons vouloirs…

[...]

L'éveil par la peur des veilles pdf lveilparlapeurdesveilles.pdf
(.mp3)

Des céréales époustouflantes

Nouvelle inédite (catégorie VRAC)
Genre : Invasion
Nombre de mots : 2600

Hugo Nambert se curait passivement le nez à l’aide de l’outil le plus perfectionné qui ait jamais été sur Terre : son index. Les mathématiques ne l’avaient jamais passionné. Sans doute à cause des professeurs qu’il s’était toujours payés en classe : des gens pour qui l’analyse et la géométrie sont choses faciles et qu’un enfant de dix ans et demi doit pouvoir comprendre sans trop se creuser les méninges. Mais voila, lui ce qui ne l’intéresse pas, il n’y touche pas. C’est tout ! Alors que le professeur bataillait au tableau pour dessiner un magnifique triangle équilatéral, à l’aide d’un compas en bois au bout duquel se trouvait une craie blanche, lui pensait à tout autre chose. A sa mère d’abord. Elle lui avait tenu hier soir un discours, qu’il jugeait pour le moins infondé, sur l’inutilité des jeux vidéo et l’aliénation que cela provoque chez les jeunes. Tout cela, croyait il, pour qu’il passe plus de temps sur ses devoirs… A sa petite sœur ensuite. Elle était entrée dans sa chambre le dimanche précédent pour s’asseoir à son bureau. Elle voulait peindre, et lui jouait au ballon dans le jardin. S’il avait su, il aurait demandé à sa mère de fermer sa chambre à clef. En effet, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il vit sur son devoir achevé de français une superbe tache verdâtre couvrant les deux tiers de la feuille, et quelle ne fut pas sa colère lorsqu’il aperçut le petit sourire en coin de sa sœur, qui d’après son père ne l’avait pas fait exprès. Une nuit blanche pour tout refaire. Et enfin, il pensa à la déception qu’il avait connue ce matin même en ouvrant son paquet de céréales préféré, pensant trouver à l’intérieur la figurine de l’un de ses héros favoris. A la place de cela, il dénicha au milieu des centaines de boules de chocolat qui allait constituer son petit déjeuner, ce qui lui semblait être une petite bague noire avec en guise de joyau central une fausse pierre polie entourée par un très fin cercle de couleur rouge.

[...]

Des céréales époustouflantes pdf descralespoustouflantes.pdf

(.mp3)

Echange

Nouvelle inédite (catégorie VRAC)
Genre : Réalité alternative
Nombre de mots : 2070

Ma fille me demandait souvent de lui lire des histoires. En bon père, je me pliais toujours à ses volontés. Au début elle aimait les écouter. Elle les trouvait émouvantes, drôles ; mais un soir alors que je lui contais une légende saurienne, une histoire que ma propre génitrice m’avait narrée voila plus de 43 cycles, elle m’interrompit.
Je ne compris pas immédiatement la raison de cet arrêt.
-Ca m’ennuie ! Avait elle dit. Je pensais tout d’abord que ce conte ne lui plaisait pas et me résignait à prendre un autre livre, me tournant vers la bibliothèque.
-Ca ne me plaira pas non plus ! Hurla t’elle avant de s’engouffrer dans ses draps.
Etonné, je me penchais au dessus de son lit, et tirais doucement la couette : elle pleurait…
-Allons…bafouillais-je ne sachant comment réagir.
-C’est toujours la même chose…lâcha t’elle entre deux sanglots.
Voila qui était clair : ma fille avait besoin d’évasion, d’extraordinaire, d’impossible…Tout se qui ne figurait pas dans les textes historiques dont je lui faisais la lecture.
Je me rappelle n’avoir pas réfléchi plus de deux pulsations avant de trouver le livre qui lui rendrait le sourire.
-Tu as envie d’inédit ? Lui dis-je. Elle se retourna enfin vers moi, sécha ses larmes et hocha honteusement de la tête.
-J’ai ce qu’il te faut ! C’est un manuscrit que j’ai trouvé dans le jardin il y a quelques années.
Ses yeux se firent tout rond, ses épines dorsales se hérissèrent.
-…dans le jardin…répéta t’elle, intriguée.
-Oui dans le jardin, et il a failli heurter ma tête, apparaissant dans les airs là ou il n’y était pas quelques instants plus tôt, il y a de cela 43 cycles !
-…Ah… fit elle, comme si elle ne croyait pas mes dires. Je me cacha bien de lui révéler que le texte avait été écrit dans la langue primitive des esclaves, qu’il m’avait bien fallu déchiffrer…
-Ca prend la forme d’une légende fantastique, lui précisais-je avant de commencer la lecture.
Voici donc le texte que je lui révéla ce soir la.

[...]

Echange pdf echange.pdf
(.mp3)

La première colonie III : La classe des psychis

Nouvelle inédite (catégorie VRAC)
Genre : space-opéra
Nombre de mots : 5400
Note particulière : Suite de « un corps parfait » et “Invasion inattendue

[...]
Le vide spatial s’étendait autour du petit croiseur deux places le «vaillant de phobos III» qui se dirigeait vers la Terre. Le colonel Fergusson relu le rapport pour la dixième fois, attristé. Sa petite amie, programmeuse pour l’armée, qu’il avait vu lors de sa dernière permission deux semaines auparavant, venait d’être décapitée. Il avait demandé l’autorisation au conseil militaire le droit de mener une enquête interne, afin de déterminer les causes de son décès, négligeant de leur préciser son lien étroit avec la victime. Cette autorisation venait de lui être accordée, et il se dirigeait par conséquent sur les lieux du crime. Il avait carte blanche.
Le rapport mentionnait qu’une affaire avait également était ouverte par la police locale : l’inspecteur Karussof, en charge du dossier, serait la première personne qu’il devrait contacter une fois arrivé sur place.
[...]

La première colonie III : La classe des psychis pdf laclassedespsychis.pdf

La première colonie II : Un corps parfait

Nouvelle inédite (catégorie VRAC)
Genre : space-opéra
Nombre de mots : 3600
Note particulière : Suite de « Invasion inattendue« 

[...]
Le docteur Malloy Blenshoerg, la quarantaine, cheveux courts visage rond, assis face à son moniteur, étouffa un crie de joie lorsque les données lui parvinrent de la sonde prospectant dans le système d’Inferno. Un nouveau gisement de petrium, minerai de base indispensable à la fabrication des réacteurs à propulsion pour voyager en hyper espace, venait d’être découvert. Le petrium, quelle avancée ! En effet, ce matériau, extrêmement rare et coûteux, est à la base du nouvel essor technologique que connaît une partie de l’humanité depuis environ deux siècles. Après un age sombre où pendant prés de dix mille ans toute la Galaxie a péniblement été colonisée, à force de patience, par des vaisseaux cargos rudimentaires surchargés par des millions d’individus issus d’une même culture, voyageant à une vitesse inférieure à celle de la lumière, lancés depuis la Terre ; un peuple, celui des Terriens lui même, venait juste de découvrir le moyen de voyager en hyper espace. Avec la découverte de ce moyen de locomotion ultime était survenue l’envie de maîtriser toute la galaxie avec la possible soumission de tout les systèmes colonisés : en effet une telle trouvaille procure à qui sait s’en servir de multiples avantages. Tout d’abord, tactiques : une vitesse de déplacement incroyablement supérieure des vaisseaux, et donc une manoeuvrabilité sans égale lors d’éventuels échanges militaires. Commerciaux ensuite : rallier l’autre bout de la galaxie en quelques jours permet d’accéder à un stock de richesses bien plus diversifié que se que peut rencontrer une seule colonie, isolée du reste des autres colonies.
[...]

La première colonie II : Un corps parfait pdf uncorpparfait1.pdf

La première colonie I : Invasion inattendue

Nouvelle inédite (catégorie VRAC)
Genre : space-opéra
Nombre de mots : 5000

Les parlementaires du système stellaire d’Irsuti, étaient sur le point de finir de débattre. Une journée complète pour finalement s’approcher de la décision de signer une reddition sans condition. L’attaque avait été inattendue et les forces armées n’avaient pu repousser l’envahisseur qui s’était imposé en maître sans grande difficulté, infligeant de très lourdes pertes au peuple Irsutien.
[...]

La première colonie I : Invasion inattendue  pdf invasioninattendue.pdf


12


في ر... |
Droit des affaires L.E.A. P... |
la nature verte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AJECTA the French steam museum
| AJECTA El museo francés de ...
| JULES LUVUEZO NKOTE