La vérité cachée aux braves gens


Nouvelle inédite (catégorie VRAC)
Genre : Fantasy/…
Nombre de mots : 4500

A mi hauteur d’une montagne fort boisée se trouvait un vieux temple habité par un érudit. En contre bas de ce temple, semblant le dominer malgré le poids des années, un village à l’aspect tranquille. On le nommait « Quentem », mais pour tout les résidants d’ici c’était simplement « le village ».
Les chaumières éparpillées par dizaine, formant des rues serpentueuses – convergeant vers la place centrale – étaient de petite taille et construites dans des matériaux usuels et bon marché, tel le bois et la pierre volcanique. De base carrée, ces drôles d’habitations qui ne comportaient qu’une ou deux ouvertures vaguement rectangulaire s’arrondissaient en s’approchant de la toiture. Celle-ci était constituée de pierres plates et fines aux teintes sombres. On aurait dit des sortes de dés gonflés à mi-hauteur recouverts d’une peau de serpent écailleuse. L’intérieur était sans grand confort : un rez-de-chaussée avec une cuisine, simple, un garde mangé, une salle à manger, classique, et l’entrée. A l’étage, accessible par un escalier direct dont aucune marche n’avait la même hauteur, on trouvait les chambres (pas plus de deux, voire trois) et pour les plus aisés une bibliothèque accompagnée parfois d’une table de jeu d’adresse. Toutes les pièces communiquaient entre elles, à l’exception du garde mangé, séparée du reste de la maison par une porte en pin massif : à l’évidence pour éviter que les odeurs générées par les délicieux mets stockés ne se répandent dans toute la demeure. Au beau milieu de cette pièce, une trappe située sur le sol permettait d’accéder à la cave. Une fois ouverte cette plaque de bois, on descendait les quelques marches de l’escabeau pour venir chercher le vin stocké dans des amphores aux milles formes : avec une, deux, trois anses, en taille de guêpe, cylindrique,…
Eh oui ! Les Quentémiens ne s’attardaient peut être pas sur l’esthétique du logis mais ils soignaient tout ce qui pouvait avoir un lien avec les plaisirs de la table. L’atmosphère était toujours chaleureuse et conviviale dans n’importe laquelle des chaumières du village de Quentem. Tout comme dans les autres villages du pays de Dagotars et de ses environs d’ailleurs. Les gens du pays de Dagotars en général, et du village de Quentem en particulier, étaient des gens simples, passionnés par leurs métiers, pour la plupart manuels : ébénistes, boulangers, charcutiers, horlogers, laitiers, semeur, et autres métiers de l’artisanat. Ils vivaient en harmonie avec la nature, menés par l’alternance des saisons. On y rencontrait aussi un érudit par village, sauf à la capitale Tharlor, siège de l’université de la connaissance ultime, où les rares élus étaient choisis et formés. Ces érudits possédaient des talents de guérisseurs et étaient détenteurs de grands savoirs, pour certains magiques. Les relations étaient très détendues entre tous ces braves gens : ayant tous besoins les uns des autres dans ces petits villages, et étant de fiers passionnés de leurs métiers, une harmonie centenaire s’était installée naturellement entre tous. Quelques gardes, aux services du roi Umtiel IX, serpentaient quand même le pays, non pour s’assurer que les gens ne vaquaient pas à une autre occupation que la leur (ce qui aurait été impensable compte tenu de l’amour qu’avaient ces gens pour leur métier), mais pour les protéger de quelques féroces animaux de la forêt qui osaient s’aventurer parfois à proximité des villages. A part quelques rares attaques de Trolls et autres goules, les décès n’étaient plus causés que de façon naturelle.

[...]
La vérité cachée aux braves gens pdf lavritcacheauxbravesgens.pdf

0 commentaires à “La vérité cachée aux braves gens”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Auteur:

sfnews

septembre 2010
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

في ر... |
Droit des affaires L.E.A. P... |
la nature verte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AJECTA the French steam museum
| AJECTA El museo francés de ...
| JULES LUVUEZO NKOTE