Isaac Asimov (1920-1992)

Article Généraliste

Cette page ne se veut pas exhaustive. On consultera pour plus de précision le site donné en lien.

Qui veut attaquer la lecture de l’ oeuvre d’Asimov bute sur un obstacle de taille. PAR OU COMMENCER ?
Ses premiers Romans et nouvelles majeures ont été regroupés sous les noms de « Le grand livre des robots » et « Le cycle de fondation » (collection omnibus) dans 4 volumes (4250 pages avec 400 mots/page) :

1) PRÉLUDE A TRANTOR
- Nous les robots
- Les cavernes d’acier
- Face aux feux du soleil

robot1.jpg

Quatrième de couverture : Un enfant n’est pas fait pour être gardé par un être de métal  » : tel est le point de vue d’une mère en 1998.
Elle aura l’occasion de changer d’avis. Le robot est pour l’homme un jouet inoffensif. Un serviteur irréprochable. Un ami sûr.
Mieux : les nouveaux modèles sont conscients, autonomes, sensibles. Ils savent qu’il faut réparer les humains. Ils vont jusqu’à faire l’amour avec eux. Si ça peut les aider…
L’humanité n’est pas facile à comprendre. Un robot rêve de libérer son peuple. Un autre veut devenir humain, mais il faut pour cela renoncer à l’immortalité.
Les robots ne tiennent pas spécialement à cultiver leur différence. Ce sont les hommes qui se rebiffent. Pas dans l’espace, où l’asphyxie menace. On a peur que les machines prennent le pouvoir. Des robots sont assassinés. D’autres robots mènent l’enquête…
Ainsi commence  » le Grand Livre des robots « , cette fresque géante où se déploie toute l’histoire des temps futurs, toute l’oeuvre d’un écrivain exceptionnellement fécond. A la fois savant et romancier, Isaac Asimov incarne pour des millions de lecteurs la clarté, la transparence, la passion de comprendre et d’expliquer. Pourtant il sait que la science ne résout pas tous les problèmes. Une certitude : l’avenir sera complexe.

2) LA GLOIRE DE TRANTOR
- Les robots de l’aube
- Les robots et l’Empire
- Les courants de l’espace
- Poussière d’étoiles
- Cailloux dans le ciel

robot2.jpg

Quatrième de couverture : Cette fois les hommes ont vraiment besoin d’aide : sur Terre, ils s’enlisent dans le naufrage écologique; sur les Mondes Extérieurs, ils s’abandonnent à leurs esclaves mécaniques et vivent comme des enfants gâtés dans des paradis artificiels. Deux manières de mourir. Deux manières de se perdre.
Le Dr Fastolfe a bien une idée qui arrangerait tout : entraîner les hommes dans une nouvelle expansion spatiale. Et traiter les robots pour ce qu’ils sont : des adjuvants efficaces et raisonnables au service d’une cause qu’ils n’ont pas à définir. Mais ces machines bienfaisantes peuvent aussi concourir à une oeuvre de mort, si elles sont manipulées habilement…
L’enjeu est trop grave : pour un peu, on en viendrait à détruire la Terre au nom des Lois de la robotique.
Alors ? Qu’en est-il de ces Lois fondamentales ? Et de l’avenir même des robots ? Seront-ils acculés à trahir leur programme pour mieux lui rester fidèles ?
En répondant à ces questions, Asimov justifie le cycle de l’Empire galactique, où les robots positroniques s’évanouissent pour des dizaines de millénaires. Tout s’ajuste à merveille. Le rideau se lève sur la vitalité retrouvée des hommes : hommes embarqués sur les courants de l’espace, perdus dans une poussière d’étoiles, éparpillés sur des millions de cailloux dans le ciel et qui enfin, hors de tout contrôle visible, en viennent à unir leurs destins sous le signe de Trantor.

3) LE DÉCLIN DE TRANTOR
- Prélude à fondation
- L’aube de fondation
- Fondation

trantor.jpg

Quatrième de couverture : Trantor, la planète blindée, est depuis douze mille ans la capitale de l’Empire galactique : vingt-cinq millions de mondes habités, une population qui se compte en quadrillions, une bureaucratie supérieurement compétente et informatisée.
Un jeune savant, Hari Seldon, s’apprête à exposer sa découverte, la psychohistoire, à un congrès de mathématiciens. Des équations qui permettraient de modéliser k’avenir. Donc de la prédire ? Convoqué par l’empereur, Seldon s’en défend. Mais le souverain annonce la couleur :  » Mieux vaut fabriquer un bon avenir, lâche-t-il, qu’en prédire un mauvais.  » Menacé de voir sa découverte devenir l’enjeu des luttes pour le pouvoir, l’inventeur ne perd pas courage : la psychohistoire lui dévoile toutes les cartes. Même après sa mort, il reviendra sous forme d’hologramme indiquer le bon choix à ses successeurs.

4) VERS UN NOUVEL EMPIRE
- Fondation et empire
- Seconde fondation
- Fondation foudroyée
- Terre et fondation

empire.jpg

Quatrième de couverture : La nuit féodale est tombée sur la galaxie; la Fondation créée par Hari Seldon a édifié un pouvoir politique régional.
Mais voici qu’apparaît le Mulet, capable d’exercer sur ses interlocuteurs une emprise télépathique. Seldon pouvait-il tenir compte d’un événement aussi aléatoire que la naissance d’un mutant ? Il a créé en secret, à toutes fins utiles, une Seconde Fondation capable de protéger la Première… et recrutée parmi des hommes doués de pouvoirs psi. Le Mulet comprend tout et cherche la Seconde Fondation pour lui régler son compte.
Alors, le Plan de Mille Ans est-il défectueux ? Ou n’est-il qu’une péripétie d’un plan plus vaste, imaginé par des serviteurs de l’homme et prévoyant la fusion de toutes les entités vivantes au sein d’une totalité qui ne soit pas un Empire ? C’est une sorte de foetus astral qui, à l’extrême fin du cycle, est de retour à son port d’attache : la Lune.

0 commentaires à “Isaac Asimov (1920-1992)”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Auteur:

sfnews

juin 2010
L Ma Me J V S D
    juil »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

في ر... |
Droit des affaires L.E.A. P... |
la nature verte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AJECTA the French steam museum
| AJECTA El museo francés de ...
| JULES LUVUEZO NKOTE